Bulletin d'actualités | | 03/12/2021 | Temps de lecture : ± 4 minutes

En raison du nombre croissant d’infections du variant omicron dans le monde, l’Inde a modifié ses règles de coronavirus. Les voyageurs à destination de l’Inde doivent désormais remplir certaines conditions supplémentaires pour entrer dans le pays.

Nouvelles règles de voyage en Inde

Les nouvelles règles de voyage sont en vigueur depuis le 1er décembre. Les voyageurs doivent télécharger un résultat négatif du test PCR sur le portail numérique Air Suvidha avant le départ. Ce test ne doit pas dater de plus de 72 heures. En outre, les voyageurs doivent désormais indiquer dans quels pays ils se sont rendus au cours des 14 derniers jours. Ceci doit également être téléchargé dans le portail Air Suvidha.

L’Inde a également apporté des modifications aux règles de quarantaine et aux tests de coronavirus obligatoires. Auparavant, les voyageurs entièrement vaccinés provenant de pays dits de « catégorie A » (tels que la France et la Belgique) pouvaient se rendre en Inde sans avoir à subir de quarantaine. Ils n’ont pas non plus dû subir un deuxième test de dépistage du coronavirus à leur arrivée. Ce n’est plus le cas pour une grande partie des pays de la « catégorie A ».

Pour chaque vol international, cinq pour cent de tous les voyageurs sont sélectionnés pour un test de coronavirus aléatoire, quel que soit leur pays d’origine. Ces tests sont payés par le gouvernement indien. Les voyageurs en provenance de pays considérés « à risque » par le gouvernement indien doivent subir un test PCR à leur arrivée en Inde. Le coût de ce test est à la charge du voyageur. Si le résultat du test est positif, ils doivent subir une quarantaine obligatoire dans un établissement désigné par le gouvernement. Si le test est négatif, le voyageur doit passer sept jours en quarantaine à domicile. Le huitième jour, un troisième test doit être effectué. Ce n’est que si ce test est négatif que la période de quarantaine prend fin.

Actuellement, tous les pays de l’Union européenne et le Royaume-Uni sont considérés « à risque ». Les voyageurs de ces pays tombent donc sous ces nouvelles règles de voyage s’ils veulent se rendre en Inde. Les enfants de moins de cinq ans ne sont pas tenus de se soumettre au test PCR.

E-visa Inde toujours pas disponible pour certains pays

L’Inde a apporté de nombreux changements à sa règlementation en matière de visas depuis qu’elle a ouvert ses frontières aux voyageurs internationaux. Cependant, il reste impossible pour les voyageurs d’un certain nombre de pays de demander un visa Inde en ligne. Cela inclut les voyageurs qui sont des ressortissants du Royaume-Uni, du Canada et de la Chine. Ces pays avaient introduit des règles strictes pour les voyageurs en provenance de l’Inde en raison du coronavirus. En réponse, l’Inde les a exclus du portail de visas électroniques. Bien que plusieurs pays, comme le Royaume-Uni, aient entre-temps introduit des assouplissements pour les voyageurs indiens, l’Inde refuse pour l’instant de rendre à nouveau disponible le portail de visas électroniques. On ne sait toujours pas si et quand les voyageurs de ces pays pourront à nouveau demander un e‑visa pour l’Inde.

15 décembre remis comme date pour les vols commerciaux

Le gouvernement indien avait précédemment annoncé qu’il autoriserait à nouveau tous les vols commerciaux internationaux à partir du 15 décembre 2021. Actuellement, seuls les voyageurs d’un certain nombre de pays peuvent se rendre en Inde. Ces pays, dont la France, ont conclu un accord dit de « bulle de voyage » avec l’Inde. À partir du 15 décembre, tous les pays pourront donc à nouveau exploiter des vols commerciaux vers l’Inde. Ce plan serait mis en œuvre par étapes.

Cependant, en raison du variant omicron du coronavirus, cette opération a été reportée. Le gouvernement indien veut d’abord attendre de voir quels sont les effets du nouveau variant du virus avant de prendre une décision. Les accords relatifs aux « bulles de voyage » restent en vigueur. Les voyageurs de ces pays peuvent toujours se rendre en Inde. Toutefois, ils doivent tenir compte des nouvelles règles de l’effet du coronavirus.