Bulletin d'actualités | | 20/08/2021 | Temps de lecture : ± 4 minutes

Il semble presque certain que la Croatie sera admise au programme d’exemption de visa des États-Unis, également connu sous le nom de programme ESTA. Les voyageurs munis d’un passeport croate peuvent alors se rendre aux États-Unis sans visa.

Candidat officiel de la Croatie

Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a officiellement désigné la Croatie pour participer au programme américain d’exemption de visa. Les citoyens des pays qui font partie de ce programme sont autorisés à se rendre aux États-Unis sans visa, que ce soit pour des vacances ou un voyage d’affaires. Au lieu de cela, ils peuvent demander un ESTA pour se rendre aux États-Unis. Le séjour avec un ESTA peut durer jusqu’à 90 jours et l’ESTA est valable pendant deux ans.

Le secrétaire d’État Blinken a déclaré que cette nomination est une reconnaissance des grands progrès réalisés par la Croatie pour satisfaire aux exigences du programme d’exemption de visa. Le gouvernement américain espère également que cela renforcera les liens entre les deux pays et encouragera les investisseurs croates à investir aux États-Unis, car les déplacements vers le pays seront facilités. La Croatie essaie depuis un certain temps déjà de se faire accepter dans le programme ESTA. Jusqu’à récemment, cependant, elle a dû faire face aux conditions strictes imposées par les États-Unis aux pays qui souhaitent se qualifier.

Conditions strictes pour l’admission à l’ESTA

Les pays ne peuvent pas se contenter de participer au programme ESTA américain. Il existe des exigences strictes à cet égard. Cela n’est pas entièrement surprenant. En partie en réponse aux attentats du 11 septembre 2001, l’ESTA a été introduit pour renforcer la sécurité nationale des États-Unis.

Par exemple, le nombre de demandes rejetées de visas de tourisme et d’affaires pour les États-Unis dans le pays doit être inférieur à trois pour cent des demandes de visa. Il y a trois ans, ce pourcentage était supérieur à cinq pour cent en Croatie, mais en février 2021, la Croatie a finalement franchi cette étape (2,69 %). En outre, les pays doivent accepter de partager des informations avec le gouvernement américain sur des questions de sécurité et de délivrer des passeports électroniques. Ce dernier point est important, car sans passeport électronique, on ne peut pas utiliser l’ESTA. L’ESTA n’est pas un document papier, mais une autorisation de voyage électronique. Il est lié numériquement au passeport du voyageur.

La Roumanie espère également être admise dans le programme américain d’exemption de visa. Cependant, le gouvernement américain n’a pas encore fait d’annonce concernant la Roumanie.

Les pays Schengen font déjà partie du programme ESTA

Tous les pays Schengen font déjà partie du programme américain d’exemption de visa. Il n’y a que quatre pays de l’UE dont les citoyens ne peuvent pas encore se rendre aux États-Unis avec un ESTA : Chypre, la Roumanie, la Croatie et la Bulgarie. Avec l’adhésion annoncée de la Croatie, ce nombre passera à trois pays.

Cela signifie que les voyageurs français et belges pourront bénéficier d’un ESTA. Ils n’ont pas besoin d’apporter leur passeport à l’ambassade, mais peuvent au contraire soumettre leur demande en ligne. Une fois le paiement effectué, il ne reste plus qu’à attendre l’envoi par courrier électronique de l’ESTA approuvé. À partir de ce moment, le voyageur peut se rendre aux États-Unis sans visa. À l’aéroport, il leur suffit de présenter leur passeport. Sur la base du numéro de passeport, la compagnie aérienne peut voir si vous avez un ESTA valide.

Ne pensez toutefois pas que le fait d’avoir la nationalité française ou belge entraînera automatiquement l’approbation d’une demande d’ESTA. Le formulaire ESTA pose un certain nombre de questions de fond destinées à empêcher les personnes indésirables d’entrer aux États-Unis. Si vous ne pouvez pas répondre par la négative à toutes les questions de base, il ne sera pas possible de demander un ESTA. La seule possibilité de voyager encore aux États-Unis est de demander un visa au consulat.