Bulletin d'actualités | | 24/03/2023 | Temps de lecture : ± 5 minutes

L’ESTA convient à de nombreux voyageurs européens qui se rendent aux États-Unis pour un transit ou un séjour d’une durée maximale de 90 jours. Cette autorisation de voyage électronique permet de faire des voyages touristiques et d’affaires, mais pas pour ceux qui souhaitent travailler pour un employeur américain. En effet, cette activité nécessite un visa.

Travailler aux États-Unis avec un ESTA ou un visa

La plupart des voyageurs européens qui se rendent aux États-Unis pour le tourisme, les affaires ou un transit doivent uniquement demander un ESTA. Pour demander cette autorisation de voyage pour les États-Unis, les voyageurs doivent remplir toutes les conditions de l’ESTA. L’ESTA n’est pas seulement adapté à un voyage touristique, mais peut également être utilisé pour certaines activités professionnelles aux États-Unis, comme la participation à des conférences. De plus, l’ESTA permet d’effectuer un travail rémunéré aux États-Unis, mais uniquement pour le compte d’un employeur établi en dehors du pays. En revanche, afin d’entrer au service d’un employeur américain, un visa est nécessaire.

Les personnes qui se rendent aux États-Unis pour les affaires ou le tourisme peuvent demander un visa B-2 (pour le tourisme) ou un visa B-1 (pour les affaires) au lieu d’un ESTA. Cependant, une demande de visa est plus coûteuse et prend plus de temps qu’une demande d’ESTA. Cette solution est donc uniquement recommandée aux voyageurs qui ne peuvent pas demander un ESTA. Cela peut être dû à leur nationalité ou au fait qu’ils ne remplissent pas toutes les conditions de l’ESTA.

Activités commerciales aux États-Unis

L’ESTA et le visa B-1 pour les États-Unis vous permettent d’exercer divers types d’activités commerciales aux États-Unis, mais aucune de ces autorisations de voyage ne peut être utilisée pour travailler comme salarié pour un employeur américain. Avec un ESTA, tout séjour aux États-Unis peut durer jusqu’à un maximum de 90 jours consécutifs. Le visa B-1 est un « visa de non-immigrant », ce qui signifie qu’il autorise uniquement des séjours temporaires aux États-Unis.

Visa requis pour travailler pour un employeur américain

Un voyageur titulaire d’un ESTA ou d’un visa de catégorie B n’est donc pas autorisé à occuper un emploi auprès d'une entreprise ou d’une organisation américaine. En fait, il faut demander un autre visa pour exercer cette activité. Par exemple, il existe un certain nombre de visas de non-immigrant adaptés à l’emploi temporaire, notamment les visas H-1B, L-1 ou O-1. Les personnes qui souhaitent émigrer aux États-Unis pour s’y installer définitivement et/ou y travailler pendant une longue période doivent demander ce qu’on appelle un « visa d’immigrant ».

Rester aux États-Unis après la fin de son emploi

Lorsqu’une personne reçoit un visa temporaire pour travailler aux États-Unis, ce visa est généralement valable pour la durée de l’emploi qu’elle occupe dans le pays. Toutefois, sous certaines conditions, une personne est autorisée à rester aux États-Unis pendant un maximum de 60 jours après la fin de son emploi. C’est ce qu’on appelle le « délai de grâce ». Il s’agit d’un délai de grâce de 60 jours maximum au cours duquel il est possible de demander un nouveau visa de séjour temporaire.

Exemple : vous avez un visa de travail temporaire (un visa de non-immigrant) valable 2 ans parce que votre emploi aux États-Unis dure deux ans. En principe, vous devez quitter les États-Unis dès la fin de votre emploi. Si vous continuez à travailler pour cet employeur pendant toute la durée de ces deux ans, il n'y a pas de délai de grâce. Cependant, si vous quittez l’employeur au cours des deux années, que ce soit de votre propre initiative ou non, vous êtes quand même autorisé à séjourner aux États-Unis pendant un maximum de 60 jours. Pour autant, vous ne pouvez jamais rester aux États-Unis plus longtemps que la date de fin de validité de votre visa (la date de fin de votre emploi initial). Par exemple, si vous êtes licencié 40 jours avant la fin de la validité de votre visa, vous ne pourrez rester aux États-Unis que 40 jours au maximum.

Conditions pour une demande de nouveau statut

Dans la plupart des cas, le délai de grâce commence automatiquement le premier jour suivant le départ officiel de l’employé, peu importe que ce départ soit volontaire ou involontaire. En fonction de sa situation, le titulaire d’un visa de non-immigrant peut avoir recours à un certain nombre d’options pendant le délai de grâce : 

  • Changement de statut (change of status) : dans ce cas, le voyageur demande à nouveau le même visa de non-immigrant pendant le délai de grâce en déposant une nouvelle demande pour le même visa auprès d’un employeur américain, ou un autre type de visa de non-immigrant.
  • Ajustement de statut (adjustment of status) : dans ce cas, le voyageur, qui possède un visa de non-immigrant, demande un visa d’immigrant. Cela est uniquement possible dans certaines circonstances. Par exemple, cette option peut être intéressante pour certains investisseurs et pour les personnes ayant des compétences extraordinaires et reconnues.
  • Si, en raison de certaines circonstances, la durée du délai de grâce n’est pas suffisante pour un demandeur, un document d’autorisation d’emploi (Employment Authorization Document - EAD) est nécessaire. Ce document est délivré uniquement dans des circonstances particulières.

Si vous avez déjà quitté les États-Unis

Les employés peuvent bénéficier du délai de grâce tant qu’ils se trouvent aux États-Unis. Lorsqu’une personne quitte les États-Unis, elle doit demander une nouvelle autorisation de voyage pour un nouveau voyage aux États-Unis. S’il s’agit d’un transit ou si ce nouveau voyage a un but touristique ou professionnel, un ESTA peut facilement être demandé en ligne. Le voyageur doit toutefois satisfaire à toutes les conditions de l’ESTA.

Veuillez noter que cet article consacré à l’ESTA pour les États-Unis date de plus d'un an. Il est possible qu'il contienne des informations et des conseils obsolètes, c'est pourquoi aucun droit ne peut être tiré de cet article. Si vous partez prochainement en vacances et souhaitez connaître les règles en vigueur, consultez toutes les informations actualisées relatives à l’ESTA pour les États-Unis.

DemandeVisa.fr est une agence de visas commerciale et professionnelle qui accompagne les voyageurs à obtenir, entre autres, un ESTA pour les États-Unis. DemandeVisa.fr agit en tant que médiateur et ne fait en aucun cas pas partie dʼun gouvernement. Vous pouvez toujours demander un ESTA par le biais du service dʼimmigration (21 USD par ESTA, via esta.cbp.dhs.gov), mais sans aide en français. Si vous faites votre demande par le biais de DemandeVisa.fr, notre centre dʼassistance sera à votre service 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. De plus, nous vérifions manuellement votre demande et tous les documents que vous fournissez avant que nous la soumettions au service dʼimmigration en votre nom. Si nous soupçonnons des erreurs ou omissions, nous vous contactons directement personnellement, afin que votre demande puisse être traitée rapidement et correctement. Pour utiliser nos services, vous nous payez 21 USD en frais consulaires, que nous payons au service dʼimmigration en votre nom, ainsi que 30,26 € de frais de service comme rémunération pour notre médiation, TVA incluse. Nos services ont déjà évité à beaucoup de voyageurs des problèmes majeurs pendant leur voyage. Si une demande est rejetée malgré notre assistance et vérification, nous vous remboursons la totalité du prix dʼachat (sauf si une demande dʼESTA États-Unis a déjà été refusée pour ce voyageur). Si vous voulez savoir plus sur nos services, cliquez ici.