Bulletin d'actualités | | 02/09/2020 | Temps de lecture : ± 3 minutes

2020 est l'année des élections présidentielles aux États-Unis. Le 3 novembre, le pays votera pour savoir si l'actuel président Donald Trump restera au pouvoir ou si le candidat démocrate Joe Biden occupera le poste le plus influent au monde. Un secteur pour lequel les conséquences des élections seront importantes est le tourisme, et par extension, les visas.

Visas américains

Les États-Unis ont peut-être le système de visa le plus étendu au monde. Le pays nord-américain compte plus de 185 types de visas différents. On peut les classer en deux catégories : les visas d'immigrant et les visas de non-immigrant. Le premier type concerne les visas pour les personnes qui souhaitent rester aux États-Unis pendant une période plus longue ou qui veulent émigrer dans le pays de façon permanente. Les visas pour non-immigrants sont, comme leur nom l'indique, des visas pour les voyageurs souhaitant se rendre temporairement aux États-Unis. Il peut s'agir de voyages touristiques ou d'affaires, et de tout le reste. Il n'est donc pas surprenant que chaque année, une grande importance soit accordée aux annonces de modifications du système américain de visas. Après tout, des millions de voyageurs du monde entier se rendent dans ce pays chaque année.

La présidence de Donald Trump

Lors de sa campagne présidentielle de 2016, Donald Trump avait déjà promis de freiner l'immigration. Avec le slogan « America First », Trump a promis qu'il donnerait la priorité aux questions intérieures avant même d'aborder les questions étrangères. M. Trump a tenu sa promesse de diverses manières. Tout d'abord, il a décidé de manière controversée, d'interdire les voyages aux voyageurs en provenance de plusieurs pays islamiques. D'autres pays ont également souffert de la politique stricte de M. Trump. Par exemple, le nombre de voyageurs du Nigeria vers les États-Unis a chuté de pas moins de 21 % en raison des nouvelles règles du président Trump.

Démocrates ou républicains

Aujourd'hui, le monde entier attend avec impatience les prochaines élections présidentielles. Après quatre ans, les pays savent à quoi s'attendre en termes de visas et d'immigration si M. Trump et son parti républicain restent au pouvoir. Il est probable que les pays pour lesquels les politiques de M. Trump ont eu une influence négative espèrent que le Parti démocrate remportera les élections. Par rapport à Trump et aux républicains, les démocrates sont plus ouverts en ce qui concerne l'immigration. Des membres importants du Parti démocrate ont souvent critiqué ce qu'ils considèrent comme un traitement "« inhumain » des migrants par Trump.

Règles et conditions de l'ESTA

Toutefois, l'ESTA n'est pas une autorisation de voyage inconditionnelle : comme le visa, elle a ses propres règles et conditions. Il est important de lire attentivement ces critères avant de demander l'ESTA. De nombreux voyageurs ont rencontré des problèmes parce qu'ils n'ont pas lu correctement les exigences de l'ESTA. Par exemple, vous n'avez pas droit à l'ESTA si vous avez visité un certain nombre de pays spécifiques à partir de 2011, comme l'Iran ou la Corée du Nord. Le voyage doit également avoir un objectif touristique ou commercial clair. En d'autres termes, il doit s'agir d'un voyage de vacances ou d'affaires, ou d'un transit. Vous ne pouvez en aucun cas travailler pour un employeur américain. En outre, un ESTA permet à un voyageur de séjourner aux États-Unis pour une durée maximale de 90 jours. Pour des séjours plus longs, un visa est nécessaire.

Veuillez noter que cet article consacré à l’ESTA pour les États-Unis date de plus d'un an. Il est possible qu'il contienne des informations et des conseils obsolètes, c'est pourquoi aucun droit ne peut être tiré de cet article. Si vous partez prochainement en vacances et souhaitez connaître les règles en vigueur, consultez toutes les informations actualisées relatives à l’ESTA pour les États-Unis.