Bulletin d'actualités | | 14/01/2022 | Temps de lecture : ± 4 minutes

À l’approche de l’Open d’Australie, l’un des plus grands tournois de tennis au monde, il y a beaucoup d’agitation autour du numéro un mondial chez les hommes, Novak Djokovic. Le visa de Djokovic a été révoqué par le gouvernement australien.

Pas vacciné

Malgré des questions répétées, le numéro un mondial du tennis n’a toujours pas officiellement clarifié s’il est entièrement vacciné. Djokovic a cependant exprimé à plusieurs reprises des opinions négatives sur les vaccins. Le soupçon est que le Serbe lui-même n’est pas complètement vacciné. Le gouvernement australien exige normalement que tous les voyageurs entrants soient entièrement vaccinés. Si l’on n’est pas vacciné, on ne peut pas voyager dans le pays, même avec un visa valide. La question était donc de savoir si Djokovic serait en mesure de participer au tournoi qui se déroule en Australie. Djokovic lui-même a refusé de donner une certitude tant que les vaccinations sont obligatoires pour participer à l’Open d’Australie.

Le Premier ministre australien Scott Morrison a annoncé fin octobre 2021 qu’une exception serait faite pour les athlètes non-vaccinés. Ils devront passer deux semaines en quarantaine après leur arrivée. Le Premier ministre a estimé qu’une exception s’imposait, notamment parce que, selon lui, « de nombreux emplois en dépendent ». Avec cela, Morrison est allé à l’encontre de son ministre de l’immigration, Alex Hawke, qui avait précédemment déclaré que les athlètes non vaccinés n’étaient pas les bienvenus.

Cependant, malgré ce que Morrison a dit, il semble que Djokovic ne soit finalement pas le bienvenu dans le pays, malgré le visa qui lui a été accordé.

Exemption médicale

Djokovic a reçu une exemption médicale de l’Association australienne de tennis et de l’État de Victoria. Mais pas de la part du gouvernement national. Le gouvernement australien a déclaré qu’il examinait si le Serbe était effectivement éligible à une exemption de l’obligation de vaccination. Une première décision a été prise après un entretien de 8 heures à l’aéroport de Melbourne. Le visa de Djokovic a été révoqué, car il s’agissait apparemment du mauvais type de visa. Djokovic ne remplit pas les conditions requises pour ce visa Australie. Djokovic a contesté la décision au tribunal, qui a tranché en faveur du Serbe. Néanmoins, le ministre australien de l’Immigration, Alex Hawke, a décidé de révoquer le visa de Djokovic. Djokovic doit maintenant quitter le pays le plus rapidement possible. Il n’est pas autorisé à participer à l’Open d’Australie.

L’arrivée prévue de Djokovic a suscité une grande indignation à l’intérieur et à l’extérieur de l’Australie. L’Australie a des règles très strictes pour les personnes qui veulent se rendre dans le pays. Officiellement, l’interdiction de voyager résultant du coronavirus est toujours en vigueur. Seuls les détenteurs de visas spécifiques et certaines personnes (comme les parents de citoyens australiens) sont autorisés à entrer dans le pays. Dans certains cas, ils doivent demander un permis d’exception en plus du visa. Tous les voyageurs doivent être entièrement vaccinés et subir un test de coronavirus avant le départ.

Ce n’est pas la première fois que Djokovic est au centre d’une controverse dans le monde du tennis. En juin 2020, le numéro un mondial a organisé un tournoi de charité à Belgrade. Les mesures contre le coronavirus étant à peine respectées, de nombreux participants ont été infectés par le virus.

Dans un revirement de sa position antérieure, le Premier ministre Morrison a déclaré que « personne n’est au-dessus des règles ».

La Serbie en colère, les autres joueurs de tennis pondérés

En Serbie, les gens ne sont pas heureux du traitement réservé à Novak Djokovic. Le président Alexander Vucic a appelé l’ambassadeur australien pour lui expliquer la situation. Selon les parents de Djokovic, ils n’ont aucun contact avec leur fils et il est détenu dans un hôtel de quarantaine. Le gouvernement australien a déclaré que Djokovic est libre de quitter le pays à tout moment. Mais tant qu’il est en Australie, il n’est pas autorisé à quitter l’hôtel de quarantaine.

D’autres joueurs de tennis sont plus pondérés. Selon Rafael Nadal, 20 fois vainqueur du Grand Chelem, Djokovic a fait ses propres choix, et il y a des conséquences. L’ancien entraineur de Roger Federer, Paul Annacone, a déclaré que Djokovic lui-même a choisi de ne pas respecter les règles.

La situation actuelle peut également avoir des répercussions pour Djokovic lors de futurs tournois auxquels le numéro un mondial pourrait vouloir participer.