Bulletin d'actualités | | 16/09/2022 | Temps de lecture : ± 4 minutes

Cette année, le Kenya se trouve face à un dilemme. D’une part, le pays veut protéger l’économie nationale de la concurrence. De l’autre, il a besoin de vols de compagnies aériennes étrangères pour que le tourisme se rétablisse après la pandémie de coronavirus. Les voyageurs européens qui souhaitent se rendre au Kenya peuvent utiliser la procédure simplifiée de demande de visa Kenya.

Le transport aérien kényan

Jusqu’en septembre 2021, Kenya Airways, la compagnie aérienne nationale du Kenya, faisait partie d’une coentreprise avec le Groupe Air France-KLM. Cette entreprise commune se concentrait sur les vols entre l’Afrique et l’Europe. Outre l’utilisation partagée des matériels, le principal avantage du partage des coûts et des revenus était l’accès à la zone opérationnelle de l’autre partie.

Pour le Kenya, le désavantage de la coopération avec ce groupe était que Kenya Airways n’était pas autorisé à offrir des vols vers certaines destinations couvertes par KLM. La seule manière de proposer ces vols comme siens était le « partage de code ». Ce terme fait référence à une pratique par laquelle deux compagnies aériennes (ou plus) offrent le même vol, qui est toutefois effectué par une seule d’entre elles. Une autre raison de mettre fin à cette collaboration était que Kenya Airways voulait plus de contrôle et voulait également être autorisée à conclure des accords avec d’autres compagnies aériennes.

Fin de la collaboration

En 2020, au pic de la pandémie de coronavirus, Kenya Airways a fait le premier pas vers la fin de sa collaboration de 24 ans avec Air France-KLM en suspendant toute relation pour l’année en cours. Cela a créé une situation très imprévisible pour le tourisme et l’industrie aéronautique du Kenya. Pendant un certain temps, il a semblé que le gouvernement kényan allait nationaliser la compagnie aérienne en raison des prêts importants qui lui avaient été accordés. Cela ne s’est finalement pas produit, mais en 2021, la collaboration de 24 ans a pris fin. Les principaux employés délégués par la partie européenne de la collaboration ont depuis été remplacés par du personnel local.

Les voyageurs internationaux veulent recommencer à voyager au Kenya

Le Kenya a imposé des restrictions sur le nombre de vols charters autorisés à destination des villes côtières du pays dans le but de protéger l’économie nationale. Cette mesure concerne principalement les vols opérés par KLM, Qatar Airways, Turkish Airlines et Emirates. Parallèlement à ces mesures protectionnistes à l’égard des compagnies aériennes étrangères, les ministères kényans de l’Immigration et des Transports poussent vers la libéralisation du secteur du tourisme.

Préoccupations sur la reprise du tourisme après la pandémie

Les entrepreneurs du secteur touristique sont très préoccupés par la reprise du tourisme après la pandémie. Bien que les compagnies aériennes susmentionnées souhaitent transporter des voyageurs vers la côte kényane, elles ne sont pas actuellement autorisées à le faire. Les touristes de certains pays, comme l’Italie, dépendent de ces vols charters pour se rendre directement dans les centres de villégiature situés le long de la côte kényane. Les visiteurs d’autres pays européens aimeraient également pouvoir à nouveau réserver un vol direct vers un aéroport non loin de Mombasa. La restriction du nombre de vols charters constitue donc un obstacle à la volonté du gouvernement kényan d’accueillir autant de visiteurs en 2022 qu’en 2019.

Préoccupations concernant le visa pour le Kenya

Outre les préoccupations concernant le nombre de vols internationaux à destination et en provenance du Kenya, il y a aussi des inquiétudes quant aux problèmes rencontrés par les visiteurs qui demandent un e‑visa pour le Kenya. Najib Balala, chef de cabinet sortant et ancien ministre du Tourisme, affirme que les visiteurs se plaignent souvent de ce visa, surtout en raison du long délai de traitement des demandes, qui est souvent d’un mois. En outre, le site des services de l’immigration du Kenya est souvent affecté par des problèmes techniques qui empêchent la soumission des demandes de visa.

Demandez votre visa Kenya rapidement et sans difficulté

Vous pouvez également choisir de demander votre visa pour le Kenya auprès d’une agence de visa fiable comme DemandeVisa.fr. Vous pouvez facilement soumettre votre demande de visa pour un voyage au Kenya en utilisant le formulaire de demande numérique disponible sur DemandeVisa.fr. Les délais de délivrance maximaux ne peuvent jamais être garantis, mais dans la grande majorité des cas, les demandes de visa pour le Kenya soumises via ce site sont traitées dans un délai de 9 jours. En cas de demande en urgence, le délai de délivrance moyen est de seulement 3 jours.

Veuillez noter que cet article consacré au visa pour le Kenya date de plus d'un an. Il est possible qu'il contienne des informations et des conseils obsolètes, c'est pourquoi aucun droit ne peut être tiré de cet article. Si vous partez prochainement en vacances et souhaitez connaître les règles en vigueur, consultez toutes les informations actualisées relatives au visa pour le Kenya.

DemandeVisa.fr est une agence de visas commerciale et professionnelle qui accompagne les voyageurs à obtenir, entre autres, un visa pour le Kenya. DemandeVisa.fr agit en tant que médiateur et ne fait en aucun cas pas partie dʼun gouvernement. Vous pouvez toujours demander un visa par le biais du service dʼimmigration (52,53 USD par visa, via www.etakenya.go.ke), mais sans aide en français. Si vous faites votre demande par le biais de DemandeVisa.fr, notre centre dʼassistance sera à votre service 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. De plus, nous vérifions manuellement votre demande et tous les documents que vous fournissez avant que nous la soumettions au service dʼimmigration en votre nom. Si nous soupçonnons des erreurs ou omissions, nous vous contactons directement personnellement, afin que votre demande puisse être traitée rapidement et correctement. Pour utiliser nos services, vous nous payez 52,53 USD en frais consulaires, que nous payons au service dʼimmigration en votre nom, ainsi que 15,90 € de frais de service comme rémunération pour notre médiation, TVA incluse. Nos services ont déjà évité à beaucoup de voyageurs des problèmes majeurs pendant leur voyage. Si une demande est rejetée malgré notre assistance et vérification, nous vous remboursons la totalité du prix dʼachat (sauf si une demande de visa Kenya a déjà été refusée pour ce voyageur). Si vous voulez savoir plus sur nos services, cliquez ici.