Le Kenya est connu surtout comme l’un des meilleurs endroits pour admirer les « big five » pendant un safari dans l’un des multiples parcs nationaux, entre autres le Masai Mara. Une autre destination populaire, ce sont les nombreux complexes hôteliers de Diani Beach. Toutefois, le pays a beaucoup plus à offrir. Voulez-vous découvrir ce pays pour de vrai ? Quittez alors les chemins les plus battus pour explorer le Kenya rural ou visitez un bidonville.

Safari au Kenya : une expérience à ne pas rater

Voir au moins un lion, un rhinocéros, un éléphant, un mouflon ou un léopard : voilà ce qui se trouve en haut de la liste de ceux qui vont en vacances au Kenya. Ces cinq espèces animales sont connues comme les « big five ». Cette dénomination date de l’époque où les chasseurs étaientt actifs en Afrique. Les « grands cinq » étaient des animaux les plus durs à tuer. Aujourd’hui le terme les « big five » identifie les animaux que l’on veut surtout voir au Kenya, tandis que de nombreux touristes sont également impressionnés par les innombrables girafes, zèbres, gnous, singes, crocodiles, hippopotames, hyènes et guépards. Tous ces animaux, tout comme les « big five », se trouvent dans le Masai Mara, qui est donc l’une des réserves les plus visitées au Kenya. Il n’arrive pas souvent de croiser des chameaux dans les réserves, mais plutôt au long de la route et notamment dans le nord du pays.

Des lions dans le Masai Mara, dans le sud-ouest du KenyaDes lions dans le Masai Mara, dans le sud-ouest du Kenya

Quels parcs nationaux sont les plus intéressants ?

Pour les touristes, il est souvent difficile d’estimer à l’avance ce qui pourrait faire un beau programme bien varié. Est-ce qu’un parc sera suffisant ou faudrait-il tous les visiter ? Pour combien de jours faut-il rester dans un parc ? Bien évidemment, cela dépend des préférences personnelles. Cependant, l’expérience montre que la majorité des touristes aiment partir en safari pour quelques jours, mais qu’environ quatre jours sont suffisants. Pour bien visiter un parc, il est conseillé d’y passer au moins une journée tout entière. Compte tenu du temps de voyages pour aller et revenir du parc et vu qu’ils disposent d’un nombre de jours limité, la majorité des touristes choisissent de visiter entre deux et trois parcs nationaux.

Les plus célèbres et pas pour rien : Masai Mara et Lac Nakuru

La plupart des touristes au Kenya commencent leurs voyages par un safari au Masai Mara. Ici se trouvent, en effet, toute sorte d’animaux, la région est magnifique et il est possible de réserver de différentes visites de safari pour tout type de budget. Le rhinocéros et le léopard sont parfois difficiles à croiser. Pour le léopard, ceci est le cas dans presque toutes les réserves. Pour avoir plus de possibilités de repérer un rhinocéros, le lac Nakuru est souvent visité. Le Masai Mara et le lac Nakuru sont donc les parcs les plus visités au Kenya.

Une girafe de Rothschild sur le lac Nakuru, à l’ouest de NairobiUne girafe de Rothschild sur le lac Nakuru, à l’ouest de Nairobi.

Cout d’un safari au Kenya

Le cout d’un safari se compose de trois parties : le ticket d’entrée, le transport et le logement.

Premièrement, le billet d’entrée. Un billet d’entrée doit être acheté pour chaque parc national du Kenya. Les prix varient de 30 à 50 &euro par jour et par personne. Le ticket peut être acheté au guichet du parc. Réservez-vous un safari à l’avance ? Vérifiez alors bien si le billet d’entrée est inclus dans le prix ou si vous devrez l’acheter une fois sur place.

Deuxièmement, les frais de transport. Dans tout parc national, il est permis d’accéder au parc de façon autonome dans sa propre voiture (ou louée), exception faite pour le Masai Mara. Cependant, de nombreux touristes s’adressent à un tour-opérateur pour un safari qui fournit une navette ou un véhicule tout-terrain avec chauffeur qui agit aussi de guide. Les tour-opérateurs les mois chers utilisent en général des navettes à sept places, les plus chers disposent d’un 4 × 4 à six places. Dans les deux cas, on parcourt exactement le même chemin et l’on admirera les mêmes paysages et animaux. Tous les tour-opérateurs utilisent des navettes ou des véhicules tout-terrain décapotables, pour permettre aux touristes de se lever pour voir les animaux de tout près. De plus, tous les chauffeurs sont constamment en contact entre eux. Si un chauffeur croise, par exemple, un lion ou un rhinocéros, il partage cela immédiatement et dans un coup d’œil, il se forme toute une ligne de jeeps et de bus autour des animaux. Bref, soit que vous choisissiez un safari moins cher ou un safari de luxe, vous verrez exactement la même chose. Sans compter le billet d’entrée, un fantastique safari de trois jours dans le Masai Mara peut être réservé pour 150 € par personne, y compris l’aller-retour, un guide, de bons repas et deux nuits dans des tentes de luxe.

La troisième partie du cout d’un safari au Kenya correspond au logement. Il s’agit évidemment d’un service optionnel ; dans le cas où vous conduiriez vous-même, vous pouvez vous rendre au parc le matin et le quitter le soir. Dans certains parcs, il est possible de loger à l’intérieur de la réserve. Comme les tickets d’entrée des parcs sont valables pendant 24 heures, on peut économiser en réservant un logement plus cher qui se trouve à l’intérieur du parc. Par exemple, pour faire un safari le soir et l’autre au matin dans la même réserve, on n’aura pas besoin d’acheter deux fois le prix d’entrée. Au-delà de l’aspect économique, dormir dans un parc parmi les animaux sauvages peut s’avérer une expérience inoubliable. De nombreux logements à l’intérieur et près du parc sont des campings, dotés de grandes tentes avec des lits très confortables et une salle de bains privée.

Se détendre dans un complexe hôtelier sur la côte

Safari terminé ? Il est maintenant temps de se détendre ! De nombreux de touristes combine un safari au Kenya avec un agréable séjour dans un complexe hôtelier sur la côte. L’endroit le plus populaire, c’est Diani Beach, au sud de Mombasa. Les plages sont blanches avec des palmes. La nourriture est délicieuse et, pour d’innombrables voyageurs, un changement bienvenu après des jours de plats principalement locaux, notamment de riz. Certains complexes disposent de plages privées, d’autres se trouvent du côté d’en face de la rue principale. La majorité des complexes hôteliers permet l’entrée des touristes qui ne vont pas y loger, mais la consommation est requise. Dans certains cas, un prix d’entrée est appliqué ( 30 € au maximum). Plusieurs stations balnéaires sur la côte du Kenya proposent des activités telles que la plongée sous-marine, le kitesurf en le jet ski.

Sicurezza in Kenya

Attention le soir !
Les complexes hôteliers au Kenya sont presque sans exception surveillés par du personnel de sécurité 24 heures sur 24. Cependant, ne sortez pas de l’hôtel après le coucher de soleil. Pour les habitants les plus démunis des bidonvilles de la ville proche Mombasa, la tentation parfois trop grande d’agresser les riches touristes occidentaux dans le noir. C’est aussi à cause de cela qu’il est déconseillé de visiter Diani Beach après le coucher de soleil ; la vie se déroule entre la levée et le coucher de soleil (de 7 h a 19 h) et entre les murs des complexes hôteliers. En découvrez plus sur la sécurité en voyage en lisant les conseils aux voyageurs au Kenya.


Resort à Diani Beach au KenyaDes complexes hôteliers à Diani Beach, un endroit idéal pour se détendre après quelques jours de safari

Bidonvilles et pauvreté au Kenya

Beaucoup de touristes au Kenya ont du mal face aux graves conditions de pauvreté dans lesquelles vit la population kényane. Le fait que le revenu par tête ainsi que le niveau de la santé et l’espérance de vie sont en hausse peut apporter du réconfort, mais ceci ne s’applique pas à tous les Kényans. Au lieu de tourner le dos, certains voyageurs décident justement de se confronter à la pauvreté, par exemple, en visitant un bidonville. Il est de nombreuses organisations qui s’engagent pour améliorer les conditions de vie dans les bidonvilles, aussi bien des organismes d’aide internationaux que des projets locaux. Parfois, ils prévoient des visites guidées dans le bidonville, dont le revenu est entièrement en faveur du projet, pour une école, la fourniture d’eau potable ou un système d’assainissement.

Il n’est pas sûr de flâner tout seul dans un bidonville. Toutefois, ceux qui seront accompagnés par un guide pourront remarquer que la plupart des Kényans sont très gentils, souvent même contents de rencontrer des touristes occidentaux. Les enfants crient « muzungu, muzungu » (étranger, étranger) et « how are you? ». Par ailleurs, les adultes font généralement signe d’appréciation. Normalement, la plupart de ceux qui ont une apparence occidentale et se rendent dans des bidonvilles souhaitent donner de l’aide en tant que bénévoles, donneurs ou parties intéressées.

Pour les Européens, il n’est pas difficile de donner un coup de main au Kenya. Cela pourrait sembler insistant pour certains touristes, mais lors de la visite d’un bidonville, presque sans exception, des situations lamentables seront montrées, avec la remarque qu’il est possible d’y remédier pour une petite somme d’argent. Par exemple, une famille qui ne possède pas de lit et dort sur le sol ; pour quelques dizaines d’euros, il est possible d’acheter un matelas. Soyez prêts, ceci a lieu en général avec les meilleures intentions du monde. Faites-vous une donation considérable ? Demandez alors un suivi de votre donation, par exemple, en recevant une photographie de la même maison avec un nouveau matelas. Ceci n’est pas considéré comme quelque chose de suspicieux, mais comme un vrai espoir que votre donation soit bien dépensée.

La majorité des compagnies aériennes qui amènent au Kenya (entre autres Air France KLM et Kenya Airways) permettent aux passagers d’emporter 2 bagages d’un poids total de 20 kilos, beaucoup plus que nécessaire pour la plupart des touristes. Si vous souhaitez visiter un bidonville ou vous déplacer en voiture de location au Kenya, vous pouvez considérer de mettre dans votre valise des choses utiles pour les plus démunis. On apprécie surtout les affaires scolaires, comme les articles de papeterie, mais également tout ce que les Kényans les plus pauvres n’ont pas les moyens d’acheter et qui peut les rendre heureux, comme un ballon de football ou des jouets (usagés).

Louer une voiture au KenyaL’une des meilleures façons de découvrir le Kenya : à la conduite d’une voiture de location

Découvrir le Kenya en voiture de location

Vous pouvez décider de vous déplacer uniquement en avion entre les sites touristiques du Kenya, mais pour bien faire connaissance de votre pays de vacances, vous pouvez considérer de louer une voiture. Les plus aventureux pourront se mettre au volant eux-mêmes. Plus fréquemment, on embauche un guide qui est aussi le chauffeur. De nombreux sites à visiter sont difficiles à atteindre si l’on ne dispose pas de sa propre voiture. En outre, vous déplacer au Kenya en voiture vous permet de mieux prendre conscience du pays. Pendant le voyage, vous verrez les nouvelles routes et les nouveaux chemins de fer bâtis chinois en l’industrie émergente, mais aussi les petits villages chaotiques sur les voies principales, la vie de rue et les cabanes où habitent encore certaines tribus, sans oublier les paysages merveilleux, très variés tout au long du pays. Découvrez quelques conseils pour louer une voiture au Kenya en allant à la page des informations générales sur le Kenya.

Des vacances sportives au Kenya

Après quelques jours assis sur les sièges d’une jeep pendant le safari ou allongés sur les plages de Diani Beach, vous pourriez avoir envie d’un peu de mouvement. Passez alors à l’action et escaladez le Mont Kenya. La montagne la plus élevée du Kenya peut être escaladée à partir de plusieurs endroits (toujours accompagnés par un guide). Selon votre expérience, votre équipement et le chemin choisi, l’aller-retour peut vous prendre entre trois et six jours. Si vous n’aimez pas l’escalade, mais vous préférez le cyclisme, vous pouvez louer un vélo à l’entrée de Hell’s Gate. C’est le seul parc qui peut être visité à vélo. Cela prend au moins cinq ou six heures et vous devrez veiller à ce que votre vélo soit bien équipé de toutes les vitesses ; Hell’s Gate présente des pentes assez fortes.