Bulletin d'actualités | | 29/10/2018 | Temps de lecture : ± 5 minutes

L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a recours à des bases de données commerciales contenant des informations relatives à l’ADN de personnes, dans le but d’identifier l’origine de certains immigrants ou voyageurs. Les bases de données sont gérées par des entreprises commerciales.

Les voyageurs qui se rendent au Canada pour des raisons touristiques ne sont pas (encore) obligés de donner un échantillon de leur ADN. Par conséquent, les voyageurs qui sont titulaires d’une AVE ne sont pas concernés par cette mesure. De plus, l’ASFC ne cherche pas systématiquement le pays d’origine des voyageurs et des migrants. L’agence affirme que les bases de données génétiques ne sont utilisées que si tous les autres moyens de déterminer l’origine d’une personne n’ont pas fonctionné.

AVE Canada : donner son ADN ?

Toute personne titulaire d’une AVE Canada a reçu une autorisation numérique pour entrer dans le pays. Pour se rendre au Canada, il suffit de demander l’e-visa Canada en ligne. Il n’est pas nécessaire de fournir d’empreintes digitales ou d’autres données biométriques. Cette règle s’applique également à l’ADN.

L’ASFC ne souhaite pas divulguer à quelle fréquence exactement elle utilise les bases de données contenant les données ADN de personnes tierces. Par ailleurs, les voyageurs et les migrants doivent donner leur accord avant que leur ADN ne soit ajouté dans la banque de données en ligne. Les données sont uniquement enregistrées dans les bases de données commerciales si les personnes donnent leurs informations génétiques de façon volontaire.

La banque de données concernée aurait déjà recueilli les données ADN de plusieurs millions de personnes. Le Canada utilise 23andMe, une base de données reconnue. Cette banque de données, dont la majorité des investisseurs font partie de l’entreprise GlaxoSmithKline, possède les données de plus de cinq millions de personnes.

Le test ADN pour démontrer l’origine

Le fait que le Canada admette utiliser des bases de données génétiques commerciales est la suite d’une déclaration selon laquelle le pays cherchait à déterminer l’origine d’un migrant spécifique. Cet homme avait été arrêté quatre ans auparavant en possession d’un faux passeport, mais il ne voulait donner aucune information sur son pays d’origine. Il refusait également de coopérer dans l’enquête relative à son ADN en première instance. Ce refus a résulté en une peine de prison de quelques années. Après quelque temps en détention, l’homme a finalement décidé de coopérer.

Le migrant affirmait avoir un passeport français. En réalité, il s’agissait d’un faux passeport français. L’homme déclarait ensuite être originaire de la Guinée, mais selon les autorités de ce pays son extrait de naissance était également faux. L’ASFC a ensuite vérifié le compte Facebook du voyageur. L’homme paraissait surtout avoir des amis en Gambie, si bien que le bureau de recherche avait conclu que l’homme devait être originaire de Gambie.

En ayant recours à un site commercial de données ADN, le Canada voulait démontrer que le voyageur venait de la Gambie. Il aurait alors été possible de l’expulser vers la Gambie. À ce jour, l’affaire est toujours en cours et le voyageur se trouve toujours en détention.

Plus d’informations sur les voyageurs

Les autorités canadiennes ont déclaré vouloir recueillir plus d’informations sur les voyageurs et les migrants. Les voyageurs étrangers qui souhaitent demander un visa temporaire doivent dans ce cas donner leurs empreintes digitales. Pour le moment, il semble qu’il n’est pas nécessaire de fournir des données ADN pour une demande d’AVE Canada.

Les étrangers qui souhaitent demander un permis de travail ou un visa d’études doivent toutefois fournir leurs empreintes digitales. Le Canada a pris ces mesures pour essayer de réduire la forte affluence de demandeurs d’asile dans le pays. Depuis janvier 2017, 30 000 migrants sont arrivés au Canada, venant des États-Unis.

Demander l’AVE Canada

Il est facile de demander une AVE en ligne. Il n’est pas nécessaire d’entreprendre d’autres démarches avant de prendre l’avion pour le Canada. Il est par contre indispensable de déposer une demande d’AVE Canada auparavant. AVE signifie « Autorisation de voyage électronique ». Il s’agit d’un document électronique délivré par le gouvernement canadien permettant au voyageur de se rendre sur le territoire canadien.

L’AVE équivaut un visa pour les Français et les Belges. Il est important de demander l’AVE Canada avant de se rendre à l’aéroport en France ou en Belgique, car le passeport et l’AVE Canada sont demandés lors de l’embarquement à l’aéroport. Les compagnies aériennes ne peuvent pas transporter des voyageurs qui ne sont pas en possession des papiers adéquats vers le Canada. Si une compagnie transporte ces voyageurs, elle peut être sanctionnée par le gouvernement canadien.

Pour éviter toute déception, il est recommandé de demander une AVE Canada à l’avance. Une demande peut être déposée 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Remplir le formulaire AVE prend environ 5 minutes. Assurez-vous que toutes les données sont correctement renseignées et vérifiez-les bien, car une erreur de saisie peut invalider l’AVE. Le prix d’une demande d’autorisation en ligne s’élève à 19,95 € par personne.

Demande d’AVE Canada en urgence

Vous avez oublié de demander votre AVE Canada ? Déposez une demande en urgence dans ce cas. Généralement, une demande est approuvée en 72 heures. Lors d’une demande en urgence, l’autorisation est souvent accordée en 18 minutes. Le service canadien de l’Immigration effectue les contrôles manuellement, ce qui peut exceptionnellement résulter en un délai de quelques jours pour l’approbation d’une demande. C’est pourquoi il est conseillé de demander votre AVE quelques semaines avant votre départ.


Veuillez noter que cet article consacré à l’AVE pour le Canada date de plus d'un an. Il est possible qu'il contienne des informations et des conseils obsolètes, c'est pourquoi aucun droit ne peut être tiré de cet article. Si vous partez prochainement en vacances et souhaitez connaître les règles en vigueur, consultez toutes les informations actualisées relatives à l’AVE pour le Canada.