Bulletin d'actualités | | 12/03/2021 | Temps de lecture : ± 3 minutes

Les entreprises, et en particulier le secteur du tourisme au Cambodge, demandent instamment au gouvernement de supprimer les frais de visa pour les touristes étrangers afin de stimuler le tourisme. Toutefois, le gouvernement cambodgien n’envisage pas de suivre ce conseil. Les revenus des visas dont le pays serait dépourvu sont trop élevés selon le gouvernement.

Le visa Cambodge est obligatoire pour les voyageurs européens et nord-américains

Le Cambodge, comme la plupart des pays, est soumis à l’obligation de visa. Cela signifie que, dans de nombreux cas, les voyageurs doivent être munis d’un visa Cambodge valide pour être autorisés à entrer sur le territoire. Le Cambodge dispose d’un visa spécial pour les touristes qui souhaitent rester moins de 30 jours dans le pays. Ce visa électronique peut être demandé entièrement en ligne, il n’est donc pas nécessaire de se rendre à l’ambassade ou au consulat. Pour pouvoir bénéficier du visa électronique Cambodge, le passeport utilisé pour la demande doit être valide pendant au moins 6 mois. Le visa doit être imprimé deux fois après son octroi, afin de pouvoir être présenté à l’arrivée et au départ.

Mesures corona strictes

Le Cambodge, comme beaucoup d’autres pays de vacances populaires, souffre beaucoup du coronavirus. L’économie du Cambodge s’est affaiblie pour la première fois depuis des années. Le secteur du tourisme s’est effondré et le gouvernement dépense d’importantes sommes d’argent pour maintenir les entreprises à flot. En 2019, le Cambodge accueillait encore 6,6 millions de voyageurs étrangers, en 2020, ce nombre était tombé à 1,31 million ; une chute spectaculaire de plus de 80 %. Le Cambodge a introduit un certain nombre de mesures strictes pour lutter contre le coronavirus et certaines d’entre elles visent spécifiquement les voyageurs étrangers. La plupart des étrangers ne sont pas du tout autorisés à entrer au Cambodge, et ceux qui le sont doivent avoir un certificat médical confirmant qu’ils n’ont pas le coronavirus. En outre, les voyageurs doivent se soumettre à une quarantaine obligatoire à leur arrivée.

L’industrie du tourisme se plaint que toutes ces mesures signifient que les perspectives du tourisme au Cambodge en 2021 sont encore très sombres. Ils demandent donc au gouvernement d’atténuer certaines de ces mesures, comme la réduction de la période de quarantaine.

Les droits de visa ne seront pas supprimés

L’une des demandes des entreprises du secteur du tourisme est d’éliminer le coût de la demande de visa. Actuellement, le visa électronique pour le Cambodge coûte 59,95 €par personne. Les voyageurs sont autorisés à rester dans le pays pendant 30 jours. Les entreprises affirment que cette taxe est trop élevée et qu’elle dissuade les gens de se rendre au Cambodge. La redevance devrait être réduite ou temporairement supprimée. Lorsque le tourisme aura retrouvé son rythme habituel, le droit de visa pourra être rétabli.

Le gouvernement du Cambodge a, cependant, refusé d’en tenir compte. Le Premier ministre Hun Sen a déclaré le 1er février que le Cambodge continuerait à faire payer les demandes de visa. Hun Sen a souligné que le Cambodge n’est certes pas le seul pays à appliquer des frais de visa pendant la crise, tout comme des pays comme la France qui demandent même 100 dollars pour un visa. Les gens se rendent encore en France, « alors pourquoi pas au Cambodge », a déclaré Hun Sen. En 2019, le Cambodge a reçu environ 180 millions de dollars en frais de visa. Le Premier ministre est prêt à examiner les alternatives possibles, mais tant qu’il n’y en aura pas, les frais de visa ne seront pas éliminés.