De nombreux voyageurs considèrent la Nouvelle-Zélande comme le plus beau pays du monde. Avec sa nature intacte, comprenant des paysages montagneux, des geysers, des fiords, des forêts tropicales et des plages, mais aussi avec de grandes villes comme Wellington et Auckland, le pays a de quoi satisfaire tout le monde. Lisez ci-dessous sur le pays des kiwis et des Maoris.


Faits et chiffres

La Nouvelle-Zélande se trouve à l’autre bout du monde, à environ 23 heures de vol de la France et la Belgique. De nombreux voyageurs font donc une escale à Hong Kong ou à Singapour avant de reprendre leurs vols pour la Nouvelle-Zélande. Le pays compte plus de 4,8 millions d’habitants, dont environ un demi-million sont des Maoris, le premier peuple à habiter les iles.

CapitaleWellington
LangueAnglais, Maori, Langue des signes de Nouvelle-Zélande
Superficie275 042 km²
Habitants4,8 millions
ReligionChristianisme (56 %), beaucoup de personnes sans affiliation religieuse, hindouisme (2,3 %), bouddhisme (1,5 %), islam (1,2 %)
Monnaie Dollars néo-zélandais (NZD)
Décalage horaire10 heures (heure d’été) ou 12 heures (heure d’hiver)
Durée de volEnviron 23 heures
FichesType I (adaptateur de voyage nécessaire)
L’eau du robinetPotable
VisaVisa (NZeTA) est obligatoire

Carte

La Nouvelle-Zélande est un archipel situé dans le sud-ouest de l’océan Pacifique et fait partie de l’Océanie. Le pays se compose de deux grandes iles, l’ile du Nord et l’ile du Sud, et de plus de 700 petites iles. Les iles du Nord et du Sud sont séparées par le détroit de Cook, un détroit nommé après James Cook, qui fut le premier Européen à naviguer dans le détroit. La traversée en ferry entre les deux iles dure un peu plus de trois heures. L’ile du Nord est la plus peuplée. La plus grande ville de Nouvelle-Zélande, Auckland, et la capitale, Wellington, sont situées sur l’ile du Nord. L’ile du Nord est volcanique avec quelques volcans encore actifs. L’ile du Sud, la plus grande ile de Nouvelle-Zélande, est montagneuse, avec 17 sommets de plus de 3 000 mètres. L’ile du Sud présente des paysages variés avec des glaciers, des chutes d’eau, des fiords et des vallées, mais aussi des plages de sable.


Histoire

L’histoire de la Nouvelle-Zélande est relativement courte par rapport à d’autres pays. L’île est l’un des pays qui a été habitée en dernier par des humains. Les premiers habitants, les ancêtres des Maoris d’aujourd’hui sont arrivés en Nouvelle-Zélande en provenance des iles polynésiennes. Les historiens ne sont pas d’accord sur l’année exacte où la Nouvelle-Zélande a été habitée pour la première fois. Les premiers établissements sont apparus entre 1250 et 1300 après J.-C.

Explorations européennes
Les premiers Européens à découvrir la Nouvelle-Zélande furent le néerlandais Abel Tasman et son équipage. Sur ordre du gouverneur des Indes orientales néerlandaises, ils quittent Batavia pour se rendre dans le « grand pays du sud », au sud de l’Australie actuelle. Les hommes ont été attaqués par les Maoris et certains d’entre eux ont été tués. Abel Tasman n’a pas réussi à commercer avec les Maoris. La petite ile découverte en premier (une partie de l’Australie) a été appelée la Tasmanie plus tard et la terre découverte a été nommée d’après la province néerlandaise de Zélande.

Un siècle plus tard, entre 1769 et 1774, le lieutenant James Cook effectue deux voyages autour du monde et découvre l’ile du Nord et le passage entre les iles du Nord et du Sud. Cook a entretenu de bons contacts avec la population locale et a pu commercer avec les Maoris.

Colonie britannique
Dès le début du 19e siècle, des baleiniers français et britanniques ont atteint la Nouvelle-Zélande et quelques années plus tard, les premiers Européens se sont installés sur l’ile. L’ingérence européenne a eu une grande influence sur les Maoris. Outre les produits commerciaux, les Européens ont également apporté des maladies et des armes en Nouvelle-Zélande. Des conflits éclatent régulièrement entre les Maoris et les Européens. Pour mettre fin à ces affrontements, les chefs maoris et les représentants de la Couronne britannique ont signé le traité de Waitangi en 1840. Il a fait de la Nouvelle-Zélande une colonie britannique. Le traité offrait aux Maoris une protection et garantissait qu’ils pourraient conserver leurs possessions. En échange, les Maoris ont reconnu la souveraineté du Royaume-Uni.

Dans les années qui suivent, des conflits éclatent à nouveau entre les Britanniques et les Maoris, car le traité de Waitangi est interprété de différentes manières, les accords ne sont pas universellement respectés et les colons anglais prennent de plus en plus de terres. Ces conflits armés sont aussi connus sous le nom de guerres maories. Après ces conflits, en 1891, le nombre de Maoris n’était plus que de 44 000, contre 120 000 avant 1820.

Avant le début du siècle, la Nouvelle-Zélande a établi des directives pour échanger avec la population indigène qui semblait impossible pour le reste du monde à l’époque. Le pays est gouverné de manière relativement indépendante depuis 1852 grâce à la loi constitutionnelle néo-zélandaise. À partir de 1867, les Maoris de sexe masculin ont obtenu le droit de vote et des sièges au parlement. Le 8 septembre 1893, une loi est votée en accordant le droit de vote aux femmes britanniques et Maories de plus de 21 ans. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les soldats néo-zélandais ont combattu aux côtés de l’Australie en Europe, en Afrique et en Asie contre les Allemands et les Japonais.

Indépendance
Après la Seconde Guerre mondiale, en 1947, la Nouvelle-Zélande est devenue indépendante grâce au « Statut de Westminster ». Le pays est devenu une partie autonome du Commonwealth britannique. L’économie agricole a prospéré et pendant quelques années, la Nouvelle-Zélande est devenue le pays le plus prospère du monde. En 1967, le pays est passé de la livre sterling au dollar néo-zélandais et s’est développé à la fin du 20e siècle en un pays industriel doté d’une économie de marché libre et d’un secteur agricole solide. Dans les années 1970 et 1980, la Nouvelle-Zélande s’est fortement positionnée contre les armes atomiques et l’énergie nucléaire, ce qui a résulté dans un conflit avec la France et les États-Unis. Un mouvement de protestation nait en Nouvelle-Zélande contre les essais nucléaires effectués par la France en Polynésie française. En outre, des protestations ont eu lieu dans le pays contre les navires de guerre américains, alimentés par l’énergie nucléaire et le Premier ministre a imposé une interdiction à ces navires d’accoster dans les ports néo-zélandais.

Auckland


Climat

La Nouvelle-Zélande a généralement un climat maritime avec des hivers doux et des étés relativement chauds. Cela signifie que les températures moyennes se situent entre 20 et 25 degrés en été et entre 10 et 15 degrés en hiver. La plupart des précipitations tombent dans l’ouest du pays, où il peut pleuvoir toute l’année. Il pleut moins dans la partie orientale de la Nouvelle-Zélande. Les saisons en Nouvelle-Zélande sont exactement à l’opposé des saisons au nord de la France et de la Belgique. L’été en Nouvelle-Zélande va de décembre à février, l’hiver de juin à aout. Le temps en Nouvelle-Zélande peut être très imprévisible. Les températures peuvent changer considérablement en l’espace d’une journée.

Mois
Température moyenne maximum en °C
ø temp. max. en °C
Température minimum moyenne en °C
ø temp. min. en °C
Nombre moyen de jours de pluie
ø Aantal dagen regen
Janvier22149
Février23148
Mars211211
Avril181011
Mai16714
Juin14514
Juillet13315
Aout14415
Septembre15714
Octobre17913
Novembre191112
Décembre211312

Population et culture

La majorité de la population néo-zélandaise (environ 68 %) est d’origine européenne, notamment le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Italie, la Pologne et l’Irlande. Ces Néo-Zélandais d’origine européenne sont appelés Pākehā, le nom que les Maoris utilisaient pour désigner les colons arrivés en Nouvelle-Zélande au 18e siècle. Les Maoris représentent environ 15 % de la population. Les 17 % restants de la population néo-zélandaise sont des Asiatiques et des personnes originaires des iles environnantes de l’Océanie, des régions de Micronésie, de Polynésie et de Mélanésie.

La principale religion en Nouvelle-Zélande est le christianisme protestant. L’Église anglicane est la plus importante, suivie par l’Église presbytérienne et l’Église catholique. Cependant, le nombre de chrétiens en Nouvelle-Zélande est en baisse. Par rapport à d’autres pays, beaucoup de personnes en Nouvelle-Zélande disent n’appartenir à aucune religion.

La culture néo-zélandaise est une combinaison de la culture des immigrants européens et de la culture des Maoris. Bien que l’anglais soit la langue la plus utilisée, y compris dans l’administration et la législation, seuls le maori (Te Reo Māori) et la langue des signes néo-zélandaise sont des langues officielles de la Nouvelle-Zélande. À l’origine, la version écrite du maori n’était utilisée que par les Maoris les plus âgés et lors des cérémonies. Aujourd’hui, une plus grande attention est accordée à la langue. Il est enseigné dans les écoles et une chaine de télévision maorie a été créée pour promouvoir son utilisation et empêcher son extinction.

Les Maoris sont connus comme un peuple artistique ayant un lien fort avec la nature. La danse traditionnelle des Maoris est le Haka, une cérémonie qui tente d’invoquer les dieux. Cette danse est toujours exécutée à diverses occasions, comme les mariages et les funérailles, mais aussi lors de compétitions sportives. En outre, les Maoris sont connus pour leurs sculptures en bois et leurs statues en pierre.

Aoraki


Argent et monnaie

La monnaie de la Nouvelle-Zélande est le dollar néo-zélandais. Un dollar néo-zélandais vaut actuellement environ 0,55 €. En général, les cartes bancaires françaises et belges portant le logo Cirrus ou Maestro sont acceptées en Nouvelle-Zélande. Les euros peuvent être échangés dans les banques et les bureaux de change, mais il est généralement meilleur marché de retirer de l’argent à un guichet automatique en utilisant une carte bancaire. Il est également possible d’utiliser une carte de crédit pour retirer de l’argent, mais des frais de transaction élevés sont souvent facturés. Néanmoins, il est conseillé de prendre une carte de crédit avec vous, juste pour être sûr, au cas où la carte bancaire ne serait pas acceptée. Veuillez aussi noter que de nombreuses banques bloquent l’utilisation des cartes bancaires en dehors de l’Europe pour des raisons de sécurité. L’utilisation en dehors de l’Europe peut souvent être réglée avec votre banque.

Le pourboire n’est pas une coutume en Nouvelle-Zélande, même dans les restaurants ou les bars. Pour un très bon service, un petit pourboire allant jusqu’à 10 pour cent est parfois donné.


Visa (NZeTA)

Depuis le 1er octobre 2019, les voyageurs français et belges doivent demander un visaNZeTA (« New Zealand electronic Travel Authority ») avant de partir pour la Nouvelle-Zélande. Le visa NZeTA est valable deux ans et peut être utilisé pour plusieurs voyages. Chaque visite individuelle en Nouvelle-Zélande peut durer jusqu’à trois mois.

Les touristes et les voyageurs d’affaires remplissant les conditions requises peuvent facilement demander la NZeTA en ligne et n’ont pas besoin de demander un visa spécial. Le visa NZeTA est demandé en quelques minutes à l’aide du formulaire en ligne. Les frais peuvent être payés simplement et en toute sécurité par Carte Bancaire, carte Visa, Mastercard, American Express, PayPal ou Bancontact. Après paiement des frais, le visa est généralement envoyé par e‑mail dans les cinq jours ouvrables.

Lors de la demande d’un visa pour la Nouvelle-Zélande (NZeTA), une taxe de séjour doit être payée en plus des frais pour le visa lui-même. Cette taxe s’appelle l’International Visitor Conservation and Tourism Levy (IVL) et est utilisée pour maintenir et protéger la nature, améliorer les infrastructures et développer l’industrie touristique de la Nouvelle-Zélande. Si une demande de visa est soumise sur DemandeVisa.fr, les frais d’IVL sont déjà inclus dans les coûts.
Demandez directement le visa Nouvelle-Zélande

plage


Santé et sécurité

Risques de sécurité
La Nouvelle-Zélande est l’un des pays les plus surs au monde, avec un système politique stable et peu de crimes violents. En 2019, des attaques terroristes ont eu lieu contre deux mosquées, faisant de nombreux morts et blessés. Les mesures de sécurité ont depuis été renforcées et le gouvernement a mis au point un système permettant de suivre le niveau de menace du terrorisme. Les risques de sécurité sont actuellement comparables à ceux de la France. Il est conseillé de conserver les documents de valeur dans un endroit sûr et de ne pas laisser les biens de valeur sans surveillance.

Les risques les plus importants se situent dans la nature, car le temps peut changer très rapidement dans les campagnes. Par conséquent, lorsque vous vous promenez, même lors de courtes randonnées en montagne ou dans des zones reculées, veillez toujours à avoir sur vous suffisamment de vêtements, d’eau, de nourriture et de crème solaire. Dans certaines régions (reculées) de Nouvelle-Zélande, il n’y a pas de réseau mobile. La Nouvelle-Zélande est située dans une zone sujette aux tremblements de terre et aux tempêtes tropicales ou cyclones. En outre, le pays compte des volcans actifs. L’éruption volcanique sur l’ile Blanche en 2019 a tué 19 personnes. Gardez un œil sur les médias locaux pour obtenir des informations actualisées sur les conditions météorologiques.

Aucun vaccin ou autre médicament n’est recommandé pour des vacances ou un voyage d’affaires en Nouvelle-Zélande.