Le gouvernement néo-zélandais a pris des mesures drastiques contre la propagation du coronavirus (COVID-19), ce qui a également des conséquences sur le visa NZeTA pour la Nouvelle-Zélande. Avez-vous l’intention de vous rendre en Nouvelle-Zélande ? Dans ce cas, tenez-vous informé sur le coronavirus et la NZeTA sur la présente page, mise à jour le 2 avril 2021.

Y a‑t‑il des cas de coronavirus en Nouvelle-Zélande ?

Oui. Au 31 mars 2021, on comptait 2 501 infections coronaires connues et 26 décès dus au virus en Nouvelle-Zélande. À l'heure actuelle, l'épidémie semble être sous contrôle. À partir de mars 2021, le niveau 1 du plan d'urgence Covid-19 est de nouveau en vigueur dans toute la Nouvelle-Zélande. Il existe encore quelques infections de coronavirus, mais il s'agit (presque) exclusivement d'étrangers autorisés à voyager en Nouvelle-Zélande avec un permis d'exemption et chez qui l'infection est détectée pendant la période de quarantaine. Comme ils sont toujours en quarantaine, il n'y a (presque) plus de propagation de coronavirus dans la population.

La Nouvelle-Zélande a, elle aussi, pris d’importantes mesures contre coronavirus (COVID-19)La Nouvelle-Zélande a, elle aussi, pris d’importantes mesures contre coronavirus (COVID-19)

Puis-je déposer une demande de visa pour la Nouvelle-Zélande actuellement ?

Oui. Malgré les mesures actuelles concernant le coronavirus, il est possible de demander un visa NZeTA. Toutefois, cela n'a de sens que pour un voyage effectué plus tard cette année ou l'année prochaine, car l'interdiction d'entrée reste en vigueur jusqu'à nouvel ordre, bien que la Nouvelle-Zélande soit pratiquement exempte de corona. Cette interdiction s'applique à tous les voyageurs d'affaires et de tourisme, mais pas aux citoyens néo-zélandais, aux résidents permanents et aux citoyens australiens.

Il existe quelques exceptions, qui permettent de se rendre en Nouvelle-Zélande après avoir obtenu un permis spécial ("Border Exception") pour les professions essentielles, les membres de la famille immédiate des résidents néo-zélandais (cela inclut les partenaires, les enfants jusqu'à 24 ans et les parents d'enfants jusqu'à cet âge) et les personnes ayant une raison humanitaire urgente (par exemple, des parents mourants). Si vous devez vous rendre en Nouvelle-Zélande dans un avenir proche malgré l'interdiction d'entrée, vous devez d'abord demander ce permis d'exemption sur le site web de l'immigration néo-zélandaise.

Les voyageurs qui sont autorisés à se rendre en Nouvelle-Zélande avec un tel permis d'exemption doivent présenter un test PCR négatif au départ, qui ne doit pas dater de plus de 72 heures (notez que ces 72 heures concernent le départ du premier vol vers la Nouvelle-Zélande et que vous devez donc inclure les temps de transfert). Seuls les voyageurs qui se trouvaient en Australie, dans la plupart des îles du Pacifique ou en Antarctique avant de se rendre en Nouvelle-Zélande n'ont pas besoin de subir un test de dépistage de la couronne avant leur départ.

Les vols commerciaux vers la Nouvelle-Zélande sont très limités. Les personnes qui ont obtenu un permis exceptionnel pour se rendre en Nouvelle-Zélande doivent obtenir (en ligne) un bon (une réservation de chambre) pour un hôtel isolé en Nouvelle-Zélande avant le départ et être en mesure de le présenter à l'enregistrement. Un test de coronavirus sera effectué à l'arrivée en Nouvelle-Zélande et, pendant la période de quarantaine, un autre test de couronnement obligatoire sera effectué à chaque fois le 3e et le 12e jour. L'interdiction pour les navires de croisière d'accoster dans les ports néo-zélandais est en vigueur jusqu'à nouvel ordre. Vous souhaitez réserver un voyage en Nouvelle-Zélande ? Alors gardez un œil sur les actualités et sur cette page, afin de rester informé des développements.

J’ai déjà une NZeTA, est-elle encore valide ?

Le coronavirus a jeté beaucoup de bâtons dans les roues des voyageurs qui souhaitent prendre un vol intercontinental. Il n'en va pas autrement dans le cas de la Nouvelle-Zélande. L'une des mesures de coronavirus est une interdiction générale d'entrée sur le territoire. Cette interdiction signifie qu'aucun touriste ou voyageur d'affaires (à l'exception des personnes qui entrent dans la catégorie « critical health worker » ou « other critical worker ») ne peut se rendre en Nouvelle-Zélande. Ainsi, même les voyageurs munis d'un visa en cours de validité ne sont pas autorisés à entrer dans le pays. Une exception est faite pour les partenaires des résidents néo-zélandais et les travailleurs de la santé et autres travailleurs critiques. Ces personnes doivent remplir un formulaire en ligne "Demande de voyage en Nouvelle-Zélande" avant leur voyage et, une fois leur demande acceptée, elles recevront une invitation à demander un certain type de visa.

La variante NZeTA du visa est le type de visa le plus demandé par les touristes et les voyageurs d'affaires et a une validité de deux ans. Le visa n'est donc pas utilisable pour le moment. À proprement parler, sa validité n'a toutefois pas expiré et il est prévu que le visa puisse être utilisé à nouveau une fois que le danger de coronavirus sera passé. Toutefois, si la validité d'une NZeTA expire pendant la fermeture de la frontière, un nouveau visa doit être obtenu pour se rendre en Nouvelle-Zélande après la fermeture de la frontière.

Demander directement un visa NZeTA pour la fin de cette année ou l'année prochaine

Quand les restrictions dues à la COVID-19 seront-elles levées ?

La plupart des mesures prises par le gouvernement néo-zélandais concernant le coronavirus sont en vigueur depuis le 20 mars 2020. Même si les mesures ont été assouplies le 9 juin 2020, certaines d'entre elles, dont l'interdiction d'entrée, sont toujours en vigueur. Il n'y a pas encore de certitude quant à la date d'expiration de ces mesures. Veuillez noter qu'il y a de fortes chances que les mesures soient en vigueur pendant plusieurs mois encore.

Souhaitez-vous recevoir un message dès la levée d'interdiction d'entrée en Nouvelle-Zélande ?
Remplissez ici votre adresse e‑mail pour rester informé

Je me trouve encore en Nouvelle-Zélande. Que dois-je faire ?

Si vous ne réussissez pas à quitter la Nouvelle-Zélande ou si vous avez décidé de rester dans le pays pour une autre raison, prenez note de ce qui suit. Si votre visa expire entre le 1er avril et le 9 juillet, il sera prolongé automatiquement et sans frais jusqu’au 25 septembre. Toutes les directives formulées par les autorités françaises et belges sont également valables pour les ressortissants français et belges qui se trouvent en Nouvelle-Zélande. Il s’agit de garder une certaine distance entre vous et d’autres personnes, d’éviter les contacts sociaux (surtout avec des personnes à risque) et de vous laver les mains régulièrement. En outre, les mesures suivantes dans la lutte contre la COVID-19 sont d’application en Nouvelle-Zélande depuis début juin :

  • Les voyages à l'intérieur de la Nouvelle-Zélande sont à nouveau entièrement autorisés, mais dans les transports publics (y compris les ferries) et sur les vols intérieurs dans toute la Nouvelle-Zélande, le port de masques est obligatoire. En outre, dans les endroits où il n'est pas possible de maintenir une distance suffisante, comme les magasins, le conseil reste d'utiliser des masques.
  • À quelques exceptions près, il est toujours interdit d'entrer sur le territoire néo-zélandais. Les personnes qui sont autorisées à entrer avec un permis spécial doivent rester en quarantaine pendant les 14 premiers jours.
  • Vous êtes toujours tenu de respecter les mesures d'hygiène. Prenez les instructions des autorités locales en considération. En cas de violation des règles d'hygiène, des amendes élevées peuvent être infligées.
  • Tout le monde a été invité à télécharger l'application de suivi NZ COVID et à scanner les codes QR dans les magasins, les bâtiments publics et les transports publics.

Serai-je indemnisé pour les frais de visa et du voyage déjà réservé ?

Si vous avez déjà engagé des frais pour un voyage en Nouvelle-Zélande qui ne peut avoir lieu à cause de la COVID-19, vous ne pourrez peut-être pas vous faire rembourser. Beaucoup d’assureurs invoqueront en effet la clause de force majeure, qui ne les oblige pas à indemniser les voyageurs en cas de pandémie. De plus, bon nombre de tour-opérateurs et d’agences de voyages ne disposent pas de suffisamment de fonds pour rembourser tous les voyages réservés. Le service de l’Immigration néo-zélandais ne rembourse pas non plus les frais des visas (NZeTA) devenus inutilisables à cause de l’épidémie. Il est éventuellement possible d’utiliser les visas octroyés pour un voyage futur.

Clause de non-responsabilité : l’épidémie de COVID-19 crée de nombreuses incertitudes et la situation en Nouvelle-Zélande change quotidiennement. Malgré la consultation de différentes sources, nous ne pouvons pas garantir l’exhaustivité et l’exactitude des informations contenues dans le présent article . Renseignez-vous également auprès de votre compagnie aérienne, votre voyagiste ou votre agence de voyages.