Le gouvernement néo-zélandais a pris des mesures drastiques contre la propagation du coronavirus (COVID-19), ce qui a également des conséquences sur le visa NZeTA pour la Nouvelle-Zélande. Avez-vous l’intention de vous rendre en Nouvelle-Zélande ? Dans ce cas, tenez-vous informé sur le coronavirus et la NZeTA sur la présente page, mise à jour le 5 août 2020.

Y a‑t‑il des cas de coronavirus en Nouvelle-Zélande ?

Oui. Au 4 août 2020, 1 569 cas de contaminations au coronavirus avaient été recensés en Nouvelle-Zélande, ainsi que 22 décès. Début juin, puisqu’aucun nouveau cas n’avait été détecté depuis un certain temps, le gouvernement de la Nouvelle-Zélande a pu déclarer que le coronavirus n’était plus présent dans le pays. Les mesures du gouvernement ont donc été assouplies et sont passées au niveau 1 le 9 juin. Cependant, à la mi-juin, deux étrangers se rendant en Nouvelle-Zélande pour rendre visite à un parent ont été testés positifs au coronavirus et un certain nombre de nouvelles infections ont été détectées par la suite. Pour l'instant l'interdiction d'entrée reste en vigueur afin de prévenir autant que possible de nouveaux cas.

La Nouvelle-Zélande a, elle aussi, pris d’importantes mesures contre coronavirus (COVID-19)La Nouvelle-Zélande a, elle aussi, pris d’importantes mesures contre coronavirus (COVID-19)

Puis-je déposer une demande de visa pour la Nouvelle-Zélande actuellement ?

Oui. Il est possible de déposer une demande de visa NZeTA malgré les mesures actuelles de lutte contre le coronavirus. Cela ne vaut toutefois que pour un voyage prévu plus tard dans l’année ou pour l'année prochaine, car une interdiction d’entrée sur le territoire est actuellement en vigueur. Cette interdiction s’applique à tous les voyageurs d'affaires et aux touristes, mais pas aux résidents néo-zélandais ni aux résidents titulaires d’un permis de séjour permanent. Des exceptions existent pour les personnes qui doivent se rendre en Nouvelle-Zélande pour y effectuer un travail essentiel ou pour les voyageurs qui ont une raison urgente (par exemple, un parent mourant), mais il est alors obligatoire d’obtenir une autorisation spéciale. À l’heure actuelle, on ne connaît pas la durée de cette interdiction d’entrée sur le territoire, mais elle durera au minimum quatre semaines. Les demandes de visa pour la Nouvelle-Zélande sont traitées de la manière et à la vitesse habituelles depuis le 14 mai 2020, mais, pour l’instant, il n'est pas possible pour les Européens de se rendre en Nouvelle-Zélande avant le 19 septemvre 2020, sauf dans les cas exceptionnels cités ci-dessus.

Déposer une demande de visa NZeTA dès maintenant

J’ai déjà une NZeTA, est-elle encore valide ?

La COVID-19 pose des problèmes à de nombreux voyageurs qui veulent se rendre sur un autre continent. Pour la Nouvelle-Zélande, ce n’est pas différent. L’interdiction totale d’entrée sur le territoire constitue l’une des mesures prises dans la lutte contre le coronavirus. Cette interdiction implique qu’aucun voyageur d’affaires ni aucun touriste ne peut encore se rendre en Nouvelle-Zélande. Cela signifie que même les voyageurs en possession d’un visa valide ne peuvent pas entrer dans le pays. La NZeTA est le type de visa le plus demandé par les touristes et les voyageurs d’affaires et a une validité de deux ans. Cependant, ce visa ne peut pas être utilisé en ce moment à cause de l’épidémie de COVID-19. Toutefois, les visas n’ont pas été annulés à proprement parler et pourront toujours être utilisés dès que le danger lié au coronavirus aura été écarté. Les personnes en possession d’une NZeTA valide qui souhaitent se rendre en Nouvelle-Zélande l’année prochaine n’auront par conséquent probablement pas besoin de demander un nouveau visa.

Quand les restrictions dues à la COVID-19 seront-elles levées ?

La plupart des mesures que les autorités néo-zélandaises ont prises sont d’application depuis le 20 mars 2020. Quelques mesures ont été assouplies depuis le 9 juin, tandis que d'autres, telle que l'interdiction d'entrer sur le territoire, sont toujours d'application. Pour le moment, aucune certitude n’existe quant à la date de fin de ces mesures. Sachez qu’il y a de fortes chances que les mesures restent en vigueur pendant plusieurs mois. Il est fort probable que les vols commerciaux soient interdits jusqu'au 19 septembre 2020. Ce qui est certain, c'est que l'interdiction d'amarrage dans un port néo-zélandais pour les navires de croisière s'appliquera au moins jusqu'au 1er septembre. Si vous souhaitez réserver un voyage en Nouvelle-Zélande, tenez-vous informé en suivant l’actualité et en consultant la présente page, pour bien rester au courant des développements.

Je me trouve encore en Nouvelle-Zélande. Que dois-je faire ?

Si vous ne réussissez pas à quitter la Nouvelle-Zélande ou si vous avez décidé de rester dans le pays pour une autre raison, prenez note de ce qui suit. Si votre visa expire entre le 1er avril et le 9 juillet, il sera prolongé automatiquement et sans frais jusqu’au 25 septembre. Toutes les directives formulées par les autorités françaises et belges sont également valables pour les ressortissants français et belges qui se trouvent en Nouvelle-Zélande. Il s’agit de garder une certaine distance entre vous et d’autres personnes, d’éviter les contacts sociaux (surtout avec des personnes à risque) et de vous laver les mains régulièrement. En outre, les mesures suivantes dans la lutte contre la COVID-19 sont d’application en Nouvelle-Zélande depuis début juin :

  • les voyages nationaux sur le territoire néo-zélandais sont à nouveau autorisés ;
  • les voyages en Nouvelle-Zélande sont toujours interdits, sauf dans quelques cas exceptionnels et avec une autorisation spéciale. Les voyageurs doivent rester deux semaines en quarantaine ;
  • vous êtes toujours tenu de respecter les mesures d'hygiène, notamment de vous laver les mains et de tousser ou d'éternuer dans votre coude ;
  • conservez une trace de vos déplacements et des personnes avec lesquelles vous avez été en contact.

Serai-je indemnisé pour les frais de visa et du voyage déjà réservé ?

Si vous avez déjà engagé des frais pour un voyage en Nouvelle-Zélande qui ne peut avoir lieu à cause de la COVID-19, vous ne pourrez peut-être pas vous faire rembourser. Beaucoup d’assureurs invoqueront en effet la clause de force majeure, qui ne les oblige pas à indemniser les voyageurs en cas de pandémie. De plus, bon nombre de tour-opérateurs et d’agences de voyages ne disposent pas de suffisamment de fonds pour rembourser tous les voyages réservés. Le service de l’Immigration néo-zélandais ne rembourse pas non plus les frais des visas (NZeTA) devenus inutilisables à cause de l’épidémie. Il est éventuellement possible d’utiliser les visas octroyés pour un voyage futur.

Clause de non-responsabilité : l’épidémie de COVID-19 crée de nombreuses incertitudes et la situation en Nouvelle-Zélande change quotidiennement. Malgré la consultation de différentes sources, nous ne pouvons pas garantir l’exhaustivité et l’exactitude des informations contenues dans le présent article . Renseignez-vous également auprès de votre compagnie aérienne, votre voyagiste ou votre agence de voyages.