Bulletin d'actualités | | 08/09/2020 | Temps de lecture : ± 3 minutes

Ces dernières années, les voyages dans le monde entier ont augmenté et les passagers prennent plus souvent l'avion. Le Vietnam est une destination populaire parmi les Français et les Belges. Cependant, un voyage en avion au Vietnam peut avoir un impact négatif sur la population locale et l'environnement. Au travers de cet article, nous donnons un certain nombre de conseils pour prendre en compte la nature et la culture afin de voyager de manière plus durable.

Bien sûr, il n'est jamais possible de voyager à 100 % de manière durable, mais c'est un bon premier pas pour étudier les éventuelles conséquences négatives d'un voyage au Vietnam. Les voyageurs peuvent, par exemple, se renseigner sur les normes, valeurs et coutumes locales au Vietnam avant leur départ. De plus, lors de la demande de visa pour le Vietnam, ils peuvent choisir de compenser les émissions CO2 du vol.

Soutenir la population et l'économie locale

Un premier aspect qui peut être pris en compte est le soutien de l'économie locale du Vietnam. En utilisant des logements et des restaurants gérés par des locaux, l'économie locale est renforcée. Par exemple, les voyageurs peuvent mieux manger dans les restaurants locaux que dans les grandes chaînes internationales, acheter des produits de la région et des souvenirs dans les magasins locaux et réserver des visites ou des excursions auprès d'organisations locales.

De plus, il est important de prendre en compte les coutumes et la culture du peuple vietnamien. Il est respectueux d'adhérer au code vestimentaire, par exemple en couvrant les genoux et les épaules dans les temples et en s'adaptant à l'interaction de la population locale. Ne prenez pas de photos non sollicitées de personnes, mais demandez d'abord la permission. Beaucoup de Vietnamiens n'apprécient pas d'être photographiés et il est même interdit de photographier des policiers ou des soldats.

Compenser les émissions de CO2 du vol

Outre le séjour au Vietnam lui-même, le vol vers le pays peut avoir un impact négatif sur l'environnement. Afin de maintenir les émissions de CO2 du voyage en avion le plus bas possible, il est recommandé d'utiliser autant que possible des vols directs, sans escale. Cela est dû au fait que beaucoup de kérosène est utilisé au décollage.

De plus, il est possible de compenser les émissions de CO2 du voyage en soutenant des projets qui réduisent les émissions de CO2 ailleurs. Lors de la demande de visa pour le Vietnam, il est possible d'indiquer dans le formulaire que vous souhaitez compenser les dégâts climatiques causés par les émissions de CO2 En cochant cette option, un montant - dépendant de la distance du trajet - sera facturé, qui sera entièrement alloué à l'un des projets climatiques de GreenSeat.

Les moulins à vent en IndeProjet climatique de GreenSeat : Les moulins à vent en Inde

GreenSeat a aujourd'hui 3 projets en cours pour améliorer les conditions de vie en Afrique et en Inde. Grâce à ce projet, les ménages africains auront accès à des fours à charbon et à du biogaz, ce qui leur évitera de cuisiner sur des feux à ciel ouvert et d'être confrontés à la déforestation. En Inde, on construit des éoliennes qui peuvent remplacer en partie les centrales électriques polluantes. Tous les projets GreenSeat ont reçu la certification VCS et Gold Standard. Cela montre que les projets répondent à des critères internationaux et compensent réellement le montant calculé de CO2.