Bulletin d'actualités | | 29/07/2022 | Temps de lecture : ± 4 minutes

Pour la plupart des pays, le tourisme contribue grandement à l’économie nationale. Malheureusement, le tourisme effréné peut aussi causer beaucoup de dommages à la nature et à la culture d’une population. Dans un nombre croissant d’endroits, comme le Sri Lanka, on a commencé à s’intéresser davantage au tourisme durable. Dans cet article, vous en apprendrez davantage sur l’importance du tourisme responsable et sur la compensation des émissions de CO2.

Qu’est-ce que le tourisme durable ?

L’expression « tourisme durable » est relativement nouvelle dans notre vocabulaire, mais elle est très importante. L’énorme croissance du tourisme au cours des dernières décennies a causé de nombreux dommages dans plusieurs pays. Dans de nombreux cas, la population locale a dû céder la place à des établissements destinés au tourisme de masse, tels que des hôtels, des centres commerciaux, des parcs aquatiques et bien plus encore. Comme les grandes chaînes d’entreprises s’établissent dans des endroits où l’activité touristique est intense, la population locale tire souvent peu de profit du tourisme. De même, la nature, les infrastructures et le patrimoine culturel souffrent lourdement du tourisme de masse au Sri Lanka.

Bien que les avantages économiques du tourisme pour un pays comme le Sri Lanka soient indispensables, il est important que les voyageurs s’en occupent de manière responsable. Un voyage durable répond à trois exigences différentes : soutenir la population et les initiatives locales, limiter les émissions de CO2 et respecter et protéger l’environnement. Par exemple, vous pouvez choisir de voyager à une période moins chargée afin de répartir l’afflux de touristes et d’éviter une surcharge.

Tourisme au Sri Lanka

Le Sri Lanka a souffert sur plusieurs fronts au cours des deux dernières décennies. Le tourisme a effectivement démarré lentement, mais a ensuite stagné et décliné à plusieurs reprises. Après le tsunami de 2004, de nombreux villages et routes ont été détruits et jusqu’en 2009, une guerre civile entre l’État et les soi-disant Tigres tamouls a continué à se dérouler, ce qui a éloigné les touristes. En 2019, le pays a de nouveau été secoué, cette fois par des attaques terroristes dans lesquelles 250 personnes ont perdu la vie. Il est désormais possible de voyager en toute sécurité au Sri Lanka, car ces attaques se sont avérées être un cas isolé.

Environ 10 % du produit national brut du Sri Lanka provient du tourisme. Une grande partie de la population travaille donc dans le secteur du tourisme, même si ce sont encore souvent les grandes organisations qui en profitent le plus. Toutefois, les touristes peuvent choisir de soutenir directement la population locale du Sri Lanka. De nombreuses personnes proposent leurs maisons pour des séjours chez l’habitant et il existe également de nombreux hébergements à petite échelle qui sont gérés par de vrais locaux. C’est le moyen le plus efficace de découvrir les perles cachées du Sri Lanka et de faire l’expérience de la vraie vie sri-lankaise.

Parce que les Sri Lankais eux-mêmes comprennent la nécessité du tourisme durable, l’offre dans le pays est très large. Il existe de nombreux guides et chauffeurs indépendants qui aiment faire découvrir aux touristes les plus beaux endroits de leur pays. Beaucoup d’entre eux conduisent des voitures électriques ou hybrides, car le gouvernement leur a accordé de nombreux avantages fiscaux. Ces chauffeurs et guides connaissent les meilleurs endroits pour manger auprès des résidents locaux et ils aiment raconter l’histoire des vieux bâtiments et d’autres lieux d’intérêt.

Émissions de CO2 et compensation

Les voyages touristiques en avion produisent beaucoup d’émissions de CO2. Malheureusement, de nombreux pays, tels que le Sri Lanka, vont grandement souffrir économiquement si les touristes cessent de pouvoir se rendre dans le pays en avion. Heureusement, il existe des façons de réduire les émissions de CO2 au minimum, et aussi de les compenser. En demandant un visa Sri Lanka sur ce site, vous avez la possibilité de compenser les émissions de CO2 de votre vol vers Colombo. On calcule l’émission moyenne de ce vol et vous pouvez décider de payer une certaine somme d’argent que DemandeVisa.fr investit dans une organisation qui s’engage à réduire les émissions de CO2 sur terre. Un exemple d’une telle organisation est une centrale hydroélectrique génératrice d’énergie. En outre, essayez toujours de réserver un vol direct pour réduire les émissions de CO2. Une fois au Sri Lanka, vous pouvez vous rendre dans de nombreux endroits en train, car de nombreux investissements ont été effectués pour créer un réseau ferroviaire praticable.