Bulletin d'actualités | | 26/03/2018 | Temps de lecture : ± 4 minutes

Le Sri Lanka a déclaré l'état d'urgence le 6 mars 2018 à cause des agressions des bouddhistes contre des Musulmans. Celles-ci ont eu lieu dans le temple de Kandy et dans d'autres endroits du centre et de l'est du pays. Le président Maithripala Sirisena a déclaré l'état d'urgence il y a dix jours.

Nouvel état d'urgence

En 2009, la guerre civile entre les gouvernements et les séparatistes tamouls a pris fin. Deux ans plus tard, en 2011, l'état d'urgence a été déclaré à nouveau. Aujourd’hui, le président l’a déclaré une troisième fois.

Jusqu'à présent, deux personnes ont perdu la vie à la suite des récentes agressions. Les émeutes au Sri Lanka ont éclaté après qu'un chauffeur de camion bouddhiste cingalais a été tué. Cela s'est produit lors d'une dispute avec des jeunes du quartier de Kandy. Par conséquent, les foules cingalaises se sont déplacées dans les quartiers musulmans et une trentaine de maisons ont été détruites. Des magasins et diverses mosquées ont également été endommagés, ont rapporté les habitants.

Agressions

En février, des magasins de Musulmans et une mosquée ont été attaqués dans l'est de l'île. Une rumeur s'était répandue selon laquelle un dirigeant musulman avait incorporé des contraceptifs dans l'alimentation des Cingalais. De cette façon, les proportions démographiques auraient été artificiellement manipulées. Pendant les émeutes faisant suite aux funérailles du camionneur, la violence s'est répandue. Le mardi suivant, le corps brûlé d'un Musulman a été retrouvé dans un magasin incendié. Pour l'instant, le calme règne dans les autres régions du Sri Lanka.

Des tensions croissantes

Au Sri Lanka, les tensions ne cessent d’augmenter. L'année dernière, la tension entre les deux groupes de population s'est considérablement accrue. Certains groupes bouddhistes radicaux accusent les Musulmans de forcer les gens à se convertir à l'islam. De plus, l'héritage bouddhiste aurait été détruit. L'extrémisme nationaliste a connu une nouvelle montée ces dernières années.

Objection

Des Rohingyas islamiques de la Birmanie bouddhiste ont demandé l'asile au Sri Lanka, mais certains Cingalais s'y opposent. Ils ne veulent pas que les Rohingyas restent dans leur pays.

Le Premier ministre Ranil Wickremesinghe a déclaré précédemment que les groupes politiques tentent d'attiser la haine contre les Musulmans. Il n'a pas dit exactement quels groupes il entend par là. Le président Sirisena a déclaré que la police agit « de manière impartiale contre ceux qui tentent de provoquer des tensions ethniques et religieuses ».

Conseils aux voyageurs

Partout sur l'île, certaines zones sont dangereuses. En effet, dans cette région, des tâches de la police ont été reprises par les militaires. En outre, les visiteurs sont coupés du monde extérieur, car les réseaux sociaux tels que Facebook, WhatsApp, Instagram et Twitter sont coupés. Il est conseillé de se tenir au courant des développements actuels et de suivre les instructions des autorités locales. Consultez également les conseils de voyage.

Visa Sri Lanka

Toute personne en visite au Sri Lanka a besoin d'un visa. Il y a quelques étapes à suivre, mais une demande n'est pas compliquée. La demande de visa ne prend que cinq minutes et coûte 44,95 € par personne. Il est possible de demander un visa pour plus d'une personne par demande. Cependant, le prix par personne ne change pas.

La plupart des voyageurs passent un certain temps au Sri Lanka, ce qui facilite grandement l'obtention d'un visa. Comme pour les autres pays, le passeport que le voyageur emporte avec lui doit avoir une validité d'au moins six mois et des pages vierges doivent être disponibles. Lisez ici toutes les conditions pour l'obtention du visa du Sri Lanka.

Pour visiter le Sri Lanka, vous pouvez demander un visa en ligne. Il s'agit uniquement d'une autorisation de voyage. Demandez cette autorisation au moins quelques jours avant votre arrivée. Avec un tel visa, vous êtes autorisé à rester dans le pays pendant trente jours. Il est également possible de demander un visa en urgence. Cela coûte 17,50 € supplémentaires. Il n’est pas garanti que le visa sera délivré à temps lors d'une demande de visa en urgence. Déposez donc votre demande de visa à temps.

Veuillez noter que cet article consacré au visa pour le Sri Lanka date de plus d'un an. Il est possible qu'il contienne des informations et des conseils obsolètes, c'est pourquoi aucun droit ne peut être tiré de cet article. Si vous partez prochainement en vacances et souhaitez connaître les règles en vigueur, consultez toutes les informations actualisées relatives au visa pour le Sri Lanka.