Bulletin d'actualités | | 13/07/2022 | Temps de lecture : ± 3 minutes

Depuis juin 2022, le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (CBP) a installé un logiciel de reconnaissance faciale dans les 160 aéroports américains où des vols internationaux atterrissent et dans certains aéroports étrangers où des installations de prédédouanement américaines sont présentes. Lisez dans cet article comment cela affecte votre voyage et pourquoi vous devez toujours demander un ESTA USA.

Sécurité et praticité

Depuis l’attaque du 11 septembre 2001, les États-Unis ont renforcé les contrôles et la sécurité aux frontières. L’introduction de logiciels de reconnaissance faciale a été l’étape ultérieure. Le CBP travaille depuis 2018 à la mise en place de cette nouvelle mesure de sécurité dans les aéroports qui effectuent des vols aller et des vols retour internationaux aux États-Unis. Outre le niveau de sécurité plus élevé, ce logiciel promet également de faciliter les voyages. Actuellement, ce logiciel est utilisé pour le programme d’entrée et de sortie qui implique également la collecte des empreintes digitales et des scans de l’iris.

Un système similaire basé sur la biométrie est déjà utilisé par de nombreuses compagnies aériennes pour simplifier le processus d’embarquement. Cette technologie pourrait permettre à l’avenir un embarquement rapide dans un « aéroport numérisé », car le contrôle des passeports ne serait plus nécessaire et les files d’attente seraient presque entièrement éliminées. Les voyageurs devront accepter le partage de leurs données biométriques. Toutefois, ce degré de numérisation est encore un rêve pour l’avenir.

Confidentialité

Ce développement comporte, bien entendu, de nombreux points critiques. Un argument contraire important est que le respect de la vie privée des voyageurs est extrêmement compromis, car leurs données personnelles et leur identité (biométrique) sont stockées dans une base de données. En outre, les voyageurs sont étiquetés et automatiquement affectés à d’éventuels « groupes à risque », ce qui risque de contribuer au racisme institutionnel. Injustement, les personnes qui sont placées dans ces groupes sont souvent tenues de fournir plus d’informations que celles qui sont étiquetées différemment. De cette façon, le logiciel reproduit le point de vue souvent raciste des garde-frontières.

Pour l’instant, la règlementation est insuffisante pour peser sur l’équilibre entre vie privée et commodité, mais le CBP affirme qu’il existe déjà des protocoles en interne à ce sujet. Par exemple, les données des citoyens américains seront supprimées après 12 heures et les images des citoyens non américains seront envoyées au Département de la sécurité intérieure des États-Unis via une connexion sécurisée. La durée exacte de conservation des images et l’usage qui en est fait restent actuellement un secret d’État.

Les voyageurs qui ne veulent pas être contrôlés par le nouveau système peuvent l’indiquer. Ensuite, les garde-frontières suivront la procédure standard consistant à vérifier si les documents de voyage sont authentiques et si l’entrée dans le pays est autorisée.

Il faut toujours obtenir un ESTA

Si vous voulez partir en vacances aux États-Unis, pour l’instant, vous aurez encore besoin d’un ESTA. Sans l’ESTA, vous ne serez pas admis aux États-Unis. Cette autorisation de voyage numérique peut être facilement demandée en ligne avant le départ. Un ESTA est valable pendant deux ans à compter de la date d’octroi et permet aux voyageurs de se rendre aux États-Unis un nombre illimité de fois. Chaque visite vous permet de rester dans le pays pendant un maximum de 90 jours consécutifs.